Le métier de gendarme

« Je jure d’obéir à mes chefs en tout ce qui concerne le service auquel je suis appelé et, dans l’exercice de mes fonctions, de ne faire usage de la force qui m’est confiée que pour le maintien de l’ordre et l’exécution des lois ».

Par ce serment prononcé devant le tribunal de grande instance à l’issue de sa formation initiale, le gendarme fait non seulement la promesse solennelle d’exercer les tâches et les pouvoirs de sa charge, en toute loyauté, mais également celle d’exercer un métier particulièrement difficile qui est celui des Armes et de la sécurité du public, dans un monde qui est aujourd’hui de plus en plus controversé et incertain.

__________

Le gendarme est un homme de terrain, au service des citoyens, qui a la particularité d’être placé sous la tutelle de deux ministères ; celui de la Défense et celui de l’Intérieur.

Acteur de la sécurité au quotidien, il est à la fois un militaire et un policier au sens large, qui fait respecter les lois et les règlements sur l’ensemble du territoire national, en Outre-mer, mais aussi dans les pays étrangers où la France a établi des accords de coopération et de protection.

Le plus souvent en uniforme, et porteur de son arme de dotation, il assure la protection des personnes et des biens, aussi bien à la campagne qu’à la ville. Il est soumis à de nombreuses contraintes et se doit d’être tout particulièrement disponible, jour et nuit dès lors que sa présence est jugée nécessaire.

__________

Ses missions sont extrêmement variées : police judiciaire, police administrative, police de la route, gestion de l’ordre public, prévention, recherche du renseignement, contrôle des flux, relations publiques, missions de police et de défense militaire à l’étranger (Kosovo, Irak, RCA, Mali, Niger…)

De par sa formation générale, puis professionnelle, le gendarme est un rigoriste dans ce sens où il doit avoir des connaissances sans cesse actualisées en matière juridique ou réglementaire, mais également professionnelle et technique. Son travail quotidien doit lui permettre par ailleurs de s’approprier le terrain et de connaître la population vivant sur sa circonscription en vue de tisser et d’entretenir des réseaux d’information locale.

Enfin, il doit posséder un excellent esprit d’analyse et de synthèse, un esprit d’équipe et de réelles qualités relationnelles, sans oublier de grandes facultés d’adaptation et une excellente condition physique afin de s’imposer et se faire respecter.

__________

La formation initiale du gendarme repose sur un socle qui compte trois piliers : Acquérir un Savoir, un savoir-Faire, mais aussi un savoir-Être. Ces trois piliers doivent guider tout au long de sa carrière le sous-officier de gendarmerie afin de l’aider à appréhender toutes les situations auxquelles il sera confronté.

Grace à leur formation militaire, les gendarmes ont acquis un esprit de corps qui renforce tout au long de leur carrière leur cohésion et le sens de leur engagement et les rendent ainsi plus forts.

 

Stéphane Thévenon

Responsable pédagogique et Lieutenant-colonel (er) de Gendarmerie